"Lampedusa"

Lampedusa, la Tunisie presque, un peu plus grande qu’une barque, et qui reçoit ceux que l’Europe ne vpeut pas accueillir, ceux que l’Europe, pourtant si anthropophage, si allophage d’ordinaire, ne veut pas manger : ils sont trop indigestes, elle les regarde de son œil, de sa bouche de Méduse (tiens, Méduse, c’est presque Lampedusa). Nous devenons anthropémiques, nous recrachons, laissant la mer couleur lie de vin  sang faire son torturant, son dévorant travail. Et pourtant, Europe, n’était-ce pas une Syrienne ou presque, avant que nous ne mangions son nom ? De quoi avons-nous si peur, qu’est-ce qui peut encore nous effrayer, après l’autophagie du XXe siècle, qui peut être pire que nous, après Auschwitz, l’Abyssinie, Hambourg, l’Algérie française, le Congo belge….

                                                                                                Philippe HUNT

"Lampedusa"

« Sous le ciel de Lampedusa, je m’appelle Personne » — Personne, face au Niemand de Celan, personne dans toutes les directions … 

                                                                                                Philippe HUNT

"Lampedusa"

 

« Gattini ciechi », écrit Giuseppe Tomasi di Lampedusa, parlant des potentats siciliens : que sommes-nous d’autre que de tels « chatons aveugles », dignes héritiers de ces autres chatons aveugles qui ne voyaient pas, surtout pas, ce que faisaient les nazis et leurs nombreux alliés, ce qu’avaient fait auparavant les Jeunes-Turcs en Arménie occidentale, ce que ferait plus tard l’Angkar Leu au Cambodge (etc. etc.). Et aucune Lighea, aucune sirène pour « transformer en plaisir leur ultime râle » (“Sirena”, du même auteur) 

                                                                                                Philippe HUNT

"Lampedusa"

 

TRADUCO Mener au-delà, faire passer de l’autre côté, faire traverserôô … Faire passer d’une langue dans une autre : traduireôô … Livrer à la risée publique. ôô Prostituer, déshonorer. ôô  Passer (le temps).            

                                                                                                Philippe HUNT

"Lampedusa"

 

Lampione, ce phare tout près de Lampedusa, qu’éclaire-t-il — qui éclaire-t-il ?         

                                                                                                Philippe HUNT

"Lampedusa"

 

« Sous le ciel de Lampedusa, je m’appelle Personne » — Personne, face au Niemand de Celan, personne dans toutes les directions … 

                                                                                                Philippe HUNT

"Lampedusa"

 

Femmes, vos hommes désertent le village pour décrocher au-delà de l’horizon une existence meilleure.

La mort les rattrape au large de Lampedusa.

La photo de la énième tragédie paraît, comme d’habitude, à la une des médias.

Les promesses de nos gouvernements fusent pour retomber aussi vite dans le giron de l’oubli.

Et, une fois de plus, vos époux sont rejetés dans l’indifférence de nos carapaces de vous reconnaître comme « nôtres ».

Vous, debout, vous errez au milieu des ruines de vos bleds.

Vous glanez çà et là de maigres miettes et vous sustentez chichement vos enfants.

Fières, vous êtes ! Aucune plainte ne s’échappe de vos lèvres : vos souffrances ne portent plus de nom, si ce n’est Lampedusa, linceul d’êtres chers.

Vous résistez. Votre désir de fuir cet enfer est de plus en plus pressant. Cependant, vous resterez : seuls les hommes s’en vont.

Il vous faut alors assurer l’éducation et la survie, de vos enfants, les protéger de cette barbarie infâmante.

Vous pleurez en silence, vos larmes creusent de profonds sillons sur vos joues hâves.

Votre souffrance égale le désespoir de vos hommes qui périssent loin de vous, croyant accéder enfin à l’ELDORADO.

 

                                                                                                     Sylviane Th.

"Lampedusa"

 

Vous tanguez sur ce rafiot.

Vous vous raccrochez l’une à l’autre.

Votre destin s’arrête net à Lampedusa !

Vos cris, ultimes, interpellent la nation où votre rêve de liberté a germé.

 

                                                                                                     Sylviane Th.

"Rejet"

 

« Le manque d’humanité » …

L’homme rejette à la mer les migrants, la mer rejette ce que les microorganismes n’ont pas pu assimiler. Tout comme l’organisme rejette le corps étranger, l’arbre rejette le greffon dans lequel il ne se reconnait pas.

Sylviane Th.

"Rejet"

L’art, ça sert aussi à cogiter.

« Nous sommes cinq amis, nous sommes sortis une fois l’un après l’autre d’une maison, d’abord vint le premier et se plaça à côté du portail, […] puis le cinquième. Finalement nous étions tous debout en une rangée. Les gens nous remarquèrent, pointèrent vers nous et dirent : Les cinq sont sortis maintenant de cette maison. Depuis lors nous vivons ensemble, ce serait une vie paisible, si un sixième ne s’immisçait continuellement. Il ne nous fait rien, mais […] »

Ce petit apologue de Kafka (“Gemeinschaft”, “Communauté”), écrit il y a presque 100 ans, et sauvé du feu, pourrait servir, je le fais servir ici de préface, de vestibule à l’œuvre récent de Bernard Thirion.

                                                                                                Philippe HUNT

"Rejet"

L’art, ça sert aussi à cogiter.

On connaissait Bernard comme sculpteur, on savait qu’il s’inquiétait par ailleurs de questions éthiques-et-politiques, mais voilà, il se met depuis quelque temps à articuler les deux, et il le fait sous forme d’installations (sculpturales, certes). Installations, non pour faire (post-post-) moderne, mais parce que ses questions se posent mieux de cette façon, avec plus d’acuité. Et ces questions concernent notre être-ensemble si difficile, aux prises avec l’atomisation, et la liquéfaction (lisons Bauman), mais aussi (donc) avec l’imaginaire sanglant du faire-un (l’identité, objet de tant de délires), avec les errements de l’un en plus (en moins ?), qui se croit autorisé à sortir du rang pour dominer, exclure et affamer l’autre, et avec le bannissement de l’un en trop, celui qui est essentiellement défini par un « sans », sans emploi, sans domicile, sans papier…

                                                                                                Philippe HUNT

"Rejet"

L’art, ça sert aussi à cogiter.

Un travail qui veut faire penser (et agir), mais sans renoncer à nous donner à voir, à palper, à parcourir physiquement. Un art pour aujourd’hui, pour un temps de détresse, mais c’est une calamité à laquelle on ne se résigne pas.  Un art citoyen, donc apatride.          

      

                                                                                                Philippe HUNT

"Monpéï"

 

Monpéï subira-t-il le même sort que Pompéi ?

N’y voyez aucune connotation politique juste un peu de crainte et de nostalgie

«La terre et le feu…

…  L’éruption du Vésuve…

…  La coulée de feu se mêle à la terre fertile

… La montée de la peste brune marque l’effilochement…

 … La coulée des  larmes arrose la terre…»

                                                                                                     Sylviane Th. 

"Monpéï"

"Monpéï"

"Monpéï"

"Monpéï"

“Objets inutiles à Gaza”